AccueilSports

Dans les favelas brésiliennes, les jeux vidéo détrônent petit à petit le foot

Publié le

par Konbini Sports

96 % des jeunes habitants des quartiers pauvres brésiliens aimeraient faire carrière dans l’eSport.

Dans les favelas brésiliennes, les jeux vidéo détrônent petit à petit le foot

Photo by EVARISTO SA / AFP

Neymar ? Vinícius Júnior ? Non. Quand on demande à Yan Araujo, 15 ans, qui sont ses idoles, il répond plutôt “Nobru et Cerol”, joueurs vedettes de Free Fire, le jeu vidéo qui fait fureur dans les favelas brésiliennes.

Dans le pays du Roi Pelé, de plus en plus d’adolescents ne rêvent plus d’être des stars du ballon rond, mais de faire carrière dans l’eSport, les compétitions de jeux vidéo qui peuvent être très lucratives au plus haut niveau.

“Mon rêve, c’est d’être reconnu en tant que joueur de Free Fire et d’aider mes proches” financièrement, confie à l’AFP Yan Araujo, qui pianote à toute vitesse sur son téléphone. Ce jeune métis, qui porte un haut de survêtement rouge, semble en transe à chaque partie, les yeux rivés sur l’écran et un sourire en coin quand il gagne.

Pour cet habitant de la Favela P. Sul, située à une demi-heure du centre de Brasília, ce n’est pas un jeu, mais un entraînement pour être le plus performant possible et tenter de devenir joueur professionnel. Avec cinq autres adolescents, il a remporté l’an dernier le titre régional du Trophée des Favelas Free Fire organisé par l’ONG Centrale Unique des Favelas (Cufa).

Inspiré de films comme Battle Royale ou Hunger Games, Free Fire, développé en 2017 par une entreprise vietnamienne, est un jeu en ligne dans lequel les personnages sont parachutés sur une île et doivent trouver des armes pour s’entretuer.

Pour y jouer, il suffit d’un téléphone mobile et d’une bonne connexion internet. Le Brésil est l’un des trois pays où Free Fire est le plus téléchargé, aux côtés de l’Inde et des États-Unis.

Des influenceurs comme Nobru… et Neymar

“Les jeunes sont dingues de ce jeu”, dit Carlos Campos, coordinateur de la Cufa à Brasília. Un sondage de l’institut Data Favela a révélé que 96 % des jeunes habitants de ces quartiers pauvres aimeraient faire carrière dans l’eSport. “Ils comprennent que c’est une profession, un moyen de gagner de l’argent”, explique Carlos Campos.

Lors de l’édition nationale du Trophée des Favelas de la Cufa, qui a réuni 80 000 participants, l’équipe lauréate a remporté 100 000 réais (environ 18 000 euros). Mais les tournois ne sont pas les seules sources de revenus.

Les sponsors se bousculent pour associer leur image à des influenceurs comme Bruno “Nobru” Gomes, qui compte 13 millions d’abonnés sur Instagram en publiant en ligne des vidéos de ses parties, avec ses commentaires.“Nobru, c’est le Neymar des jeux vidéo. Il vient du peuple, a grandi dans une favela. Il a énormément travaillé, a passé des nuits blanches à s’entraîner pour en arriver là”, dit Yan Araujo, admiratif.

Neymar lui-même s’est lancé dans ce marché juteux : fou de jeux vidéo, il a signé en décembre un accord pour retransmettre des parties sur la plateforme Facebook Gaming. De grands clubs de football brésilien comme Flamengo ou Corinthians ont leurs propres équipes professionnelles d’eSport.

Un moindre engouement pour le ballon rond

Dans les favelas, qui ont vu grandir de jeunes attaquants brésiliens qui brillent dans de grands clubs européens, comme Vinícius Júnior, du Real Madrid, ou Gabriel Jesus, de Manchester City, les entraîneurs constatent un engouement moins important pour le ballon rond ces dernières années.

“Certains jeunes ne viennent plus s’entraîner parce qu’ils préfèrent jouer à Free Fire, déplore Joao de Oliveira, entraîneur de Toque de Bola, école de foot d’un quartier pauvre de Brasília. “C’est trop tôt pour dire si la majorité des jeunes préfèrent les jeux vidéo au foot, mais l’eSport gagne de plus en plus de terrain”, insiste-t-il.

Matheus da Silva, 15 ans, coéquipier de Yan Araujo au tournoi de la Cufa, met les bouchées doubles à l’entraînement pour tenter de ressembler à son idole, “Bak”, alias Gabriel Lessa, le “Lionel Messi de Free Fire. “Il a remporté sept championnats nationaux, comme Messi, septuple Ballon d’or.”

Au début, Claudia Gomes da Silva, la mère de Matheus, n’aimait pas trop le voir passer des heures à jouer sur son téléphone. Mais tout a changé avec la victoire au tournoi régional de la Cufa l’an dernier. “Ce n’est pas seulement un jeu. Si à l’avenir il devient un grand joueur, il pourra en vivre”, conclut-elle.

Par Marcelo SILVA DE SOUSA, AFP

À voir aussi sur Konbini :